Archives par mot-clé : musique

La culture atikamekw

Les Atikamekw adoptent un mode de vie traditionnel. Ils sont un peuple nomade de tradition orale (Tourisme Manawan, www.voyageamerindiens.com).

Dans un documentaire de l’ONF, Hyacinthe Combary propose une comparaison entre les Atikamekw et son peuple ancestral, celui des Gourmantché au Burkina Faso (Hyacinthe Combary, 2004). Les deux peuples ont été colonisés et il y a eu tentative d’assimilation. C’est pourquoi ces peuples ressentent la nécessité de protéger leur langue. Dans les deux cultures, il y a un grand respect envers les aînés, ce qui ne fait pas partie des valeurs des peuples plus modernes. De plus, la nature est vénérée et par conséquent, il y a préoccupation environnementale. Dans ce documentaire, il est aussi mentionné maintes fois la symbolique du tambour qui permet le rassemblement de la tribu (Hyacinthe Combary, 2004). La musique peut être aussi harmonisée avec des chants. Un autre rite très pratiqué dans la communauté atikamekw est celui de la purification.

Il existe une fondation pour études chamaniques fondée par Michael Harner, un anthropologue. Cette fondation a comme but «d’étudier, d’enseigner et de préserver le chamanisme» (The foundation for shamanic studies, 2010-2014). Le chamanisme est caractérisé par les croyances en les esprits des animaux et la possibilité de faire des rêves prémonitoires. Durant la production de son documentaire, Hyacinthe a interrogé un chasseur qui a mentionné qu’il y a une croyance entre chasseurs que chacun va voir un esprit animal au moins une fois au cours de leur vie.

Les histoires importantes de la tradition orale sont composées de trois récits principaux : le début des temps, les éléments de la nature et «l’ordre de choses ou des éléments après l’avènement d’un déluge» (Tourisme Manawan, www.voyageamerindiens.com).

La langue atikamekw est parlée par toute la communauté, car elle est transmise d’une génération à l’autre et par l’éducation qui se fait en atikamekw jusqu’à la fin du primaire. Par conséquent, elle est la plus utilisée dans la vie quotidienne (Patrimoine canadien, 2006-2015, www.manawan.org/accueil). Dans la langue atikamekw, les mots se sont établis à cause des ressources et des éléments présents sur leur territoire. Par conséquent, tout ce qui ne fait pas partie de leur vie n’a pas de mot atikamekw pour le définir (Tourisme Manawan, www.voyageamerindiens.com).

La majorité de la communauté atikamekw est catholique. Comme en général au Québec, ce sont les personnes âgées qui sont les plus pratiquantes. Cependant, les rites tels que Noêl et Pâques sont importants et tous les citoyens y participent .La première chapelle à Manawan a été construite en 1904, mais elle a été détruite lors d’une tornade. Celle-ci a été rebâtie en 1942 et 1943 (Patrimoine canadien, 2006-2015, www.manawan.org/accueil).

La musique de la communauté «a rapport au territoire, aux ancêtres, au mode de vie, aux traditions, aux ressources, aux relations entre les membres d’une famille, d’une communauté, la vie en général» (Patrimoine canadien, 2006-2015, www.manawan.org/accueil).IMG_6595

Élisabeth

Église de Manawan

Source de la photo: Erika Palamaro, 2015