Archives par mot-clé : Conclusion

Notre conclusion

En conclusion, les droits des homosexuelles ont énormément évolué, de façon positive, au Canada, depuis les années 1960. Au départ, l’homosexualité était très mal vue dans la société puisque la religion était omniprésente. Les années se sont écoulées et la religion a perdu de son importance et a laissé place à une plus grande ouverture d’esprit sociale. Les homosexuels sont donc devenus de moins en moins marginalisés et un groupe de personnes s’est formé pour défendre leurs droits. C’est grâce à eux si la communauté LGBT est de plus en plus acceptée de nos jours. De plus, maintenant que nous comprenons que l’homophobie est souvent un rejet de ses propres caractéristiques féminines et de sa propre bisexualité, il nous est plus facile d’expliquer sa présence dans les milieux scolaires et sportifs. Heureusement, il existe plusieurs campagnes publicitaires et plusieurs organismes communautaires pour éliminer ce phénomène. En prenant compte de tout ce qui a été expliqué dans ce texte, nous croyons que les écoles devraient avoir un plus grand rôle dans la sensibilisation des jeunes, que les groupes sportifs devraient aussi collaborer et que le gouvernement devrait financer plus les campagnes de sensibilisation et les organismes communautaires. Il aurait été aussi intéressant d’analyser le même phénomène à l’échelle internationale.

Écrit par: Myriam Laferrière et Catherine Néron

Conclusion et pistes de solutions

Les enjeux qui touchent les femmes en Inde nous ont énormément préoccupés. Nous avons donc choisis de proposer des pistes de solutions qui permettraient d’améliorer la condition de ses femmes, mais tout d’abord, un bref retour sur tous les aspects abordés dans ce blogue nous permettra de mieux nous remettre dans le contexte de la problématique.

En somme, c’est en comprenant et en analysant la religion hindoue que l’on parvient à saisir l’importance qu’occupe la place des traditions dans cette société encore même aujourd’hui. Toutefois, c’est en explorant cette culture sous l’angle féministe que l’on réalise la situation préoccupante dans laquelle sont les femmes indiennes. Effectivement, en remontant à la source des traditions hindoues, on découvre que plusieurs rites religieux expliquent la violence que subissent ces femmes aujourd’hui. Tout d’abord, le système de la dot qui force la famille de la mariée à offrir cadeaux et argent à celle du marié place la femme dans une situation précaire où elle est sujette aux abus de sa belle-famille. Aussi, le rite de la sati qui encourage les veuves à aller sur le bûcher pour rejoindre leur défunt mari est un exemple concret des violences que subissent les femmes pratiquant la religion hindouiste. Ce qui est le plus alarmant c’est de constater que ces rituels sont encore fortement pratiqués en Inde surtout dans le nord de ce pays où il y a davantage de régions rurales peu développées et extrêmement pauvres. L’importance accordée aux hommes dans cette société est aussi inquiétante puisqu’il y a peu de place pour les femmes ce qui en fait une société patriarcale. Puisque la culture indienne découle des traditions religieuses, la place accordée aux femmes est secondaire. Celles-ci sont opprimées, mais surtout abusées. Effectivement, la violence envers les femmes est acceptée culturellement, surtout dans les régions du Nord. Malheureusement, les crimes contre la femme sont peu punis à cause de la corruption qui règne dans la police, ce qui empêche les tribunaux d’appliquer correctement les lois dues aux manques de preuves contre l’accusé. Ceci est un problème de grande importance puisque très peu d’agresseurs sont condamnés. Cela installe donc un climat de peur chez les femmes qui redoutent de porter plainte par peur d’être mal défendue devant la cour. La culture du viol est un enjeu actuel en Inde où comme vu récemment dans l’actualité, des viols collectifs se produisent de plus en plus souvent, mais sont aussi de plus en plus souvent dénoncés. En 2012, le viol d’une jeune étudiante de New Delhi fait les manchettes des journaux indiens, mais aussi des journaux internationaux. En fait, c’est à la suite de ce troublant évènement que la mobilisation et la sensibilisation pour la cause des femmes en Inde s’intensifient. De plus en plus, d’organismes pour la défense des femmes s’activent en Inde et font pression pour changer cette situation critique. Les groupes féministes sont entre autres parvenus à influencer des décisions des tribunaux pour que des agresseurs soient condamnés. Cependant, ces groupes de pressions doivent encore se battent contre le manque de volonté des institutions publiques pour qu’il y ait de véritables changements politiques et législatifs pour protéger les femmes indiennes.

Puisque le sujet de violence envers les Indiennes est un sujet chaud d’actualité, les solutions pour améliorer la situation en Inde sont en cours de développement. Pour le moment, comme mentionné précédemment, les groupes féministes sont en moyens de pression contre les systèmes politiques et judiciaires afin que les lois soient mieux appliquées et que de nouvelles soient légiférées pour protéger les femmes. Aussi, la dénonciation des situations de violence est un facteur important dans cette situation, puisque c’est en parlant et en informant la population sur de tels évènements que les gens se mobilisent et manifestent pour le changement. Ainsi, il est évident que c’est en s’impliquant davantage dans la vie politique indienne que ces femmes pourront apporter un véritable changement dans leur pays, puisqu’il doit y avoir une restructuration des institutions policières et judiciaires pour éliminer la corruption et changer la mentalité des hommes qui œuvrent dans ces secteurs afin que la situation des femmes change une bonne fois pour toutes dans ce pays d’Asie. Même si dans ce rapport, nous nous attardons davantage sur la condition des femmes en Inde, il ne faut pas croire pour autant que la condition des femmes ailleurs dans le monde est idéale. Seulement au Québec 82% des victimes d’agressions sexuelles sont des femmes. De plus une statistique alarmante dévoile que 2/3 de ses victimes sont âgées de 18 ans ou moins. Aussi, près de 90% des agressions commises ne sont pas déclarées à la police. En observant ces données, il est évident que la violence envers les femmes n’est pas un problème qui se concentre dans un seul pays. C’est plutôt un enjeu mondial qui touche toutes les femmes de partout dans le monde (Gouvernement du Québec).

Maude Boucher-Réhel

Toutefois, nous avons des pistes de solutions plus concrètes que nous voudrions partager.

  1. Étant donné qu’il y a 66% des victimes de viol en Inde qui garde le silence, nous recommandons que le gouvernement de l’Inde produise des campagnes publicitaires afin de sensibiliser la population au phénomène du viol afin que celui-ci ne sois plus un sujet tabou.
  2. Étant donné qu’il règne un problème de corruption policière en Inde, nous recommandons au gouvernement de l’Inde de revoir sa structure de ses cadres policiers et de faire une enquête sur la corruption, afin de punir les malfaiteurs.
  3. Étant donné que certaines traditions hindoues telles la sati et la dot sont toujours en pratique en Inde, nous recommandons à l’ONU d’intervenir afin d’arrêter ses pratiques qui vont à l’encontre des droits de l’homme.
  4. Étant donné que la violence envers les femmes est beaucoup plus élevée dans les zones rurales de l’Inde, nous recommandons un renforcement des autorités dans ces lieux, afin de protéger les femmes.
  5. Étant donné que le taux d’éducation et d’instruction chez les femmes est extrêmement faible dans la plupart des régions de l’Inde, nous proposons au gouvernement d’établir un âge minimal jusqu’auquel les filles doivent suivre un encadrement scolaire.
  6. Étant donné qu’il y a énormément de corruption policière, nous proposons que des femmes soient formés pour le métier et que celles-ci exercent la profession de policier. Non seulement cela permettra aux femmes d’avoir accès à une éducation et donc un statut social, mais celles-ci permettront à la société d’être moins sexiste et de ne plus ignorer les violences commises aux femmes.
  7. Étant donné que la dot apporte de nombreuses conséquences néfastes à la société, nous proposons au gouvernement de sanctionner les citoyens qui ont recours à cette pratique et qui marient les femmes d’une caste inférieure. Il est impossible d’abolir le système de dot, mais le fait d’interdire la dot entre castes de différentes importances sociales réduira les dommages crées aux familles de la femme provenant d’une caste inférieure.

Catherine McConnell et Maude Boucher-Réhel